05/05/2015 : Communiqué de presse - Recettes des salles à la hausse dans l’Union européenne en 2014 et part de marché record pour les films européens

Version PDF

  • Les recettes brutes des salles dans l’Union européenne ont connu en 2014 une légère hausse de 0,6 % pour atteindre 6,32 milliards d’EUR.
  • Les derniers volets de The Hobbit et The Hunger Games sont en tête des box-offices de l’Union européenne.
  • La part de marché des films européens atteint 33,6 % (un record depuis 1996).
  • Avec plus de 1 600 longs métrages, la production de films dans l’Union européenne poursuit sa progression.
  • La numérisation des écrans est presque achevée : 92 % du parc de l’Union européenne étaient convertis fin 2014.

 

Légère augmentation des recettes brutes des salles dans l’Union européenne

Les données provisoires dont dispose l’Observatoire européen de l’audiovisuel indiquent que les recettes brutes des salles dans les 28 États membres de l’Union européenne ont connu une légère augmentation de 40 millions d’EUR par rapport à 2013 pour atteindre 6,32 milliards d’EUR en 2014. Malgré cette hausse de 0,6 % en comparaison de 2013, il s’agit du deuxième résultat le plus faible sur les cinq dernières années. Comme en 2013, la courbe des recettes brutes des salles suit celle de la fréquentation, qui connaît une modeste croissance de 0,7 % et se situe à 911 millions de places vendues, soit environ 6,5 millions de plus qu’en 2013. En d’autres termes, le prix moyen de la place de cinéma – exprimé en euros – est resté à peu près stable depuis 2012 à 6,9 EUR dans l’ensemble de l’Europe.

Calculées en monnaie nationale, les recettes brutes des salles ont augmenté dans 14 des 27 États membres de l’Union européenne pour lesquels des données sont disponibles, et diminué dans les 13 autres. La faible augmentation du total des recettes des salles de l’Union européenne résulte principalement de la forte croissance en glissement annuel constatée en France, en Espagne (+ 15 millions d’EUR, + 3 %) et en Pologne (+ 15 millions d’EUR, + 9,7 %). Elle est également à imputer à l’appréciation de la livre sterling qui a fait augmenter les recettes brutes en euros au Royaume-Uni, malgré une baisse de 2,3 % en livres sterling. À l’autre extrémité du spectre, les baisses les plus significatives des recettes brutes en salles (en valeur absolue) ont été constatées en Italie (‑ 46 millions d’EUR, - 7,1 %) et en Allemagne (- 43 millions d’EUR, - 4,2 %).

Hors de l’Union européenne, la Fédération de Russie confirme son rang de deuxième marché européen pour la fréquentation. Elle enregistre 175 millions d’entrées et les recettes brutes de ses salles se montent à 43,3 milliards de RUB, soit une augmentation de 2,4 % par rapport à 2013. Si la croissance de ces recettes semble se tasser en Russie, l’impressionnante tendance à la hausse relevée en Turquie ces dernières années se poursuit, avec un bond de la fréquentation, qui atteint 61,4 millions de billets vendus (+ 22 % par rapport à 2013) et des recettes brutes en salles à la hausse, à 655 millions de TRY (+ 30 %), un niveau jamais atteint ces dernières décennies. Cependant, en raison de la forte dépréciation des monnaies de ces deux pays, les recettes brutes des salles exprimées en EUR affichent une baisse de 14 % en Russie, où elles passent à 862 millions d’EUR, et de 2,5 % en Turquie, où elles s’établissent à 189 millions d’EUR.

 

Les nouveaux volets de The Hobbit, The Hunger Games et How to Train Your Dragon en tête des box‑offices de l’Union européenne en 2014

Comme les années passées, les suites et les spin-off (films dérivés) se taillent la part du lion en 2014 dans les box-offices de l’Union européenne. Entraînés par The Hobbit: The Battle of the Five Armies (22,7 millions d’entrées), The Hunger Games: Mockingjay – Part 1 (20,1 millions) et How to Train Your Dragon 2 (17,5 millions), pas moins de neuf suites et spin-off se classent parmi les vingt films ayant réalisé le plus d’entrées, dont cinq parmi les dix premiers.

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? (Serial (Bad) Weddings), comédie française qui s’amuse du choc des cultures, et Lucy, thriller de science-fiction réalisé par Luc Besson, comptent parmi les plus gros succès européens, puisqu’ils totalisent respectivement 17,1 et 15,2 millions d’entrées dans l’Union européenne. D’autres œuvres ont connu un parcours remarquable, telles que la comédie espagnole Ocho apellidos vascos (Spanish Affair), devenue le plus grand succès espagnol de tous les temps, ou la comédie familiale britannique Paddington. Elles se classent toutes deux parmi les 25 films ayant engrangé le plus de recettes en 2014.

Il est intéressant de noter que, comme en 2013, les superproductions les mieux classées attirent nettement moins de spectateurs que les années précédentes, si l’on songe, par exemple, aux 42,7 millions d’entrées de Skyfall (2012), aux 38 millions de Harry Potter and the Deathly Hollows: Part 2 (2011) ou aux 51,9 millions d’Avatar (2010). Parallèlement, le total des entrées pour les films européens augmente et devient le principal moteur de la hausse globale de la fréquentation des cinémas dans l’Union européenne.

Part de marché record pour les films européens

La hausse de la fréquentation est principalement tirée par le succès des films européens, alors même que plusieurs superproductions américaines ont enregistré des résultats décevants. La part de marché des films américains tombe ainsi à 63,1 %, loin du niveau record de 69,5 % en 2013, tandis que celle des films européens bondit de 26,2 % à 33,4 % dans l’Union européenne (estimation). Il s’agit d’un record depuis 1996, année où l’Observatoire a commencé à calculer cette valeur. Ce chiffre exclut les films européens produits en Europe avec des capitaux américains, qui enregistrent leur plus basse part de marché des dernières années, avec à peine plus de 0,3 % du total des entrées.

La production de films dans l’UE continue sa progression

Voilà plusieurs décennies que les niveaux de production de l’Union européenne progressent régulièrement. Cette tendance s’est confirmée en 2014, puisque le nombre de longs métrages européens est passé de 1 587 à 1 603 films. Ce chiffre recouvre selon les estimations 1 118 longs métrages de fiction pour 485 documentaires et constitue un nouveau record. Quelque 32 % des longs métrages européens sont le fruit de coproductions, tandis que les 68 % restants sont des productions nationales.

Les salles de l’Union européenne numérisées à 92 %

Selon les chiffres fournis par MEDIA Salles, 1 858 nouveaux écrans de l’Union européenne ont été convertis en systèmes de projection numérique en 2014, ce qui porte à 27 899 le total des écrans numériques. Fin 2014, le parc de salles de l’Union européenne est donc numérisé à 92 % environ. Seuls cinq États membres enregistrent des taux de pénétration des salles numériques inférieurs à 70 %, notamment la République tchèque (53 %), la Grèce (38 %) et les pays baltes.

 

Des informations détaillées sur les marchés cinématographiques nationaux en Europe ainsi que dans le reste du monde sont publiées dans la brochure FOCUS 2015 Tendances du marché mondial du film réalisée par l'Observatoire européen de l'audiovisuel et éditée par le Marché du film.


 

Remarques à l’intention des rédactions :

  • Les données ont été recueillies avec la collaboration de l’EFARN (réseau européen des chercheurs et responsable des statistiques des agences nationales du cinéma).
  • Tous les chiffres de l’année 2014 sont provisoires.

L’Observatoire européen de l’audiovisuel, Conseil de l’Europe

Institué en décembre 1992, l’Observatoire européen de l’audiovisuel a pour objectif de collecter et de diffuser les informations relatives à l’audiovisuel en Europe. L’Observatoire est un organisme de service public européen, composé de 40 Etats membres et de l’Union européenne, représentée par la Commission européenne. Il exerce son activité dans le cadre juridique du Conseil de l’Europe et travaille en collaboration avec un certain nombre d’organismes partenaires et professionnels du secteur audiovisuel, ainsi qu’avec un réseau de correspondants. Outre ses contributions aux conférences, ses principales activités consistent en la publication d’un annuaire, de rapports et de bulletins d’information, la compilation de bases de données et la fourniture d’informations grâce au site Internet de l’Observatoire (http://www.obs.coe.int).

Classements des entrées des films européens (tableaux 2 et 3)

Les classements des films européens des tableaux 2 et 3 sont établis à l’aide des informations pour tous les pays de l’Union européenne pour lesquels des données étaient disponibles et contenues dans la base de données LUMIERE en date du 20 avril 2015. Cette base de données sur les entrées des films sortis en Europe, disponible gratuitement en ligne, est le fruit d’une collaboration entre l’Observatoire européen de l’audiovisuel et diverses sources nationales spécialisées, ainsi que le programme MEDIA de l’Union européenne. LUMIERE fournit une analyse pays par pays des entrées pour plus de 35 500 films sortis en Europe depuis 1996. Les données 2014 partielles de 24 pays européens sont désormais disponibles, y compris pour les principaux marchés de l’Union européenne, ainsi que pour le marché nord-américain.

Parts de marché (tableau 4)

Les parts de marché indiquées dans ce tableau reposent sur l'analyse des résultats des films sortis en salles dans les pays membres de l'Union européenne pour lesquels des données sur les entrées réalisées par les films ont été mises à disposition de l’Observatoire européen de l’audiovisuel. Pour établir ces parts de marché, un seul « pays d'origine » doit être attribué à chaque film, ce qui peut s'avérer difficile dans le cas de productions internationales : l'Observatoire définit alors un pays d'origine correspondant à la principale source de financement et/ou au contrôle créatif du projet. En 2005, pour la première fois, l'Observatoire a procédé au recensement spécifique des films produits dans un ou plusieurs pays européens (ou ailleurs) à l'aide d'investissements américains, en ajoutant la mention « inc » (investissement étranger) à l'attribution du pays d'origine. Il convient toutefois de noter que la communication ultérieure de nouvelles informations entraîne parfois une modification du pays d'origine et que l'attribution du pays d'origine d'un film, telle que mentionnée dans LUMIERE, peut ne pas être identique à celle indiquée par des sources nationales.

Les données provisoires des parts de marché dans l'Union européenne en 2014 indiquées dans le tableau 4 se fondent sur les chiffres disponibles des entrées réalisées par chaque film et réunis dans la base de données LUMIERE au 20 avril 2015. A cette date, le taux de couverture de la base de données pour les entrées dans les 24 pays de l'Union européenne était d'environ 95 %. En raison d'un certain nombre de lacunes dans la collecte et la communication des données de divers pays, il est actuellement impossible de parvenir à une couverture à 100 % des entrées.

Nombre des longs métrages produits dans l’Union européenne (tableau 5)

L'évaluation du volume total de production des longs métrages dans l'Union européenne reste difficile, principalement en raison du risque de double comptabilisation des coproductions et des différences entre les méthodologies nationales de collecte de ces données. Le total pour l'Union européenne inclut en général les longs métrages destinés à une exploitation en salles, à l’exception des coproductions minoritaires et de la production américaine et étrangère au Royaume-Uni. Pour certains pays, des données distinctes pour les fictions de long métrage et les documentaires de long métrage ne sont pas disponibles.

 


Contacts à l'Observatoire européen de l'audiovisuel :

Alison Hindhaugh (Responsable presse)
alison.hindhaugh@coe.int - tél.: +33 (0) 3 90 21 60 10

Martin Kanzler (Analyste, Département Informations sur les marchés et les financements)
martin.kanzler@coe.int - tél.: +33 (0) 3 90 21 60 00

 


L’Observatoire européen de l’audiovisuel sera présent au Marché du Film, Cannes

Stand 18.02, Niveau 01
Palais des Festivals
Tél.: +33 (0)4 92 99 81 07

Plus d’informations dans FOCUS 2015 Tendances du marché mondial du film réalisé par l'Observatoire européen de l'audiovisuel et édité par le Marché du Film.

En vente sur le site de l’Observatoire (http://www.obs.coe.int/shop/focus) à partir du 13/05/2015 ainsi que sur le stand de l’Observatoire.

 


 

L'Observatoire européen de l'audiovisuel

Institué en décembre 1992, l'Observatoire européen de l'audiovisuel a pour objectif de collecter et de diffuser les informations relatives à l'audiovisuel en Europe. L'Observatoire est un organisme de service public européen, composé de 40 États membres et de l'Union européenne, représentée par la Commission européenne. Il exerce son activité dans le cadre juridique du Conseil de l'Europe et travaille en collaboration avec un certain nombre d'organismes partenaires et professionnels du secteur audio­visuel, ainsi qu'avec un réseau de correspondants. Outre ses contributions aux conférences, ses principales activités consistent en la publication d'un annuaire, de rapports et de bulletins d'information, la compilation de bases de données et la fourniture d'informations grâce au site Internet de l'Observatoire (http://www.obs.coe.int).