07/05/2013 : Communiqué de presse - Recul de la fréquentation dans l'Union européenne en 2012 mais part de marché record pour les films européens

  • La part de marché des films de l'UE a progressé de 5,6 % en 2012, ce qui correspond à la part de marché de Skyfall.
  • Les recettes brutes des salles enregistrent un nouveau record grâce au prix élevé des billets 3D.
  • La fréquentation globale dans l'UE recule de 2,2 %.

En 2012, les films européens ont vu leur fréquentation augmenter de 12 % par rapport à l'année précédente (environ 313 millions d'entrées) grâce au succès de Skyfall, le dernier opus de la franchise James Bond. Les dernières aventures de l'agent secret britannique, une coproduction majoritairement britannique, ont permis à la part de marché des films européens dans l'UE d'atteindre 33,6 %, son niveau le plus élevé du siècle. En effet, depuis de nombreuses années, les entrées des films européens ont du mal à passer le seuil des 30 % de part de marché de l'Union européenne. Cette part de marché de 33,6 % est constitué à plus d'un tiers par les films européens non nationaux et en augmentation de 5,6 % par rapport à 2011, soit exactement la part de marché de Skyfall. D'une certaine façon, en tant que héros britannique bénéficiant du soutien américain, James Bond a occupé l'espace laissé vacant par la disparition de Harry Potter.

Les chiffres globaux pour l'UE représentent, plus que jamais, un artefact mathématique car il existe des différences notables entre les pays européens. La fréquentation a baissé de 2,2 % dans l'Union européenne, à 933,3 millions d'entrées. Des pays comme la Finlande (19,7 % de croissance) ou la Roumanie (+15,4 %) ont résisté à cette tendance à la baisse. Quant aux grands marchés, le Royaume-Uni est resté stable et l'Allemagne a progressé de 4,3 % par rapport à l'an passé. Bien que la France ait vendu le plus grand nombre de billets dans l'UE (203,4 millions), la fréquentation nationale a baissé de 6,3 %.

Ce recul de la fréquentation n'a pas empêché les recettes brutes des salles d'atteindre, pour la seconde année consécutive, le niveau record de 6,47 milliards EUR. Ce résultat est dû à la hausse du prix des billets (la moyenne en 2012 était de 6,90 EUR) grâce aux sorties en 3D.

 

Déclin de la part de marché des films résultants d'investissements américains en Europe

Skyfall, film britannique ayant bénéficié de l'appui solide d'un grand studio américain, est le champion incontesté des recettes en salle mondiales avec 44 millions d'entrées dans l'Union européenne et 36 millions en Amérique du Nord. Il s'agit du James Bond le plus rentable de tous les temps. Il est suivi à distance par les blockbusters américains tels que Ice Age: Continental DriftThe Dark Night Rises et The Twilight Saga: Breaking Dawn – Part 2. Cela confirme la tendance au succès des franchises, 10 des 25 films ayant réalisé le plus d'entrées étant des suites.

Avec 22 films américains parmi les 25 films ayant réalisé le plus d'entrées dans l'UE, la part de marché des films américains dans l'UE en fonction des entrées (62,8 %) est légèrement supérieure à celle de l'année dernière (61,8 %). La principale catégorie à avoir diminué par rapport à 2011 est celle des films produits en Europe avec des capitaux américains (EUR inc/US), en baisse de 8,1 % à 2,1 % sur un an. Les films non américains non UE ont représenté 1,4 % du total des entrées, contre 1,8 % en 2011.

 

Tableau 1 : Fréquentation des cinémas en Europe (2010 – 2012 provisoire)

 

Légère amélioration de la circulation des films européens

Outre Skyfall, deux autres films de l'UE figurent par les 20 films ayant réalisé le plus d'entrées. Intouchables est le film français qui connut le plus grand succès commercial de tous les temps sur le marché français (21,4 millions d'entrées entre 2011 et 2012) ; il ne s'incline devant Titanic que d'une poignée de spectateurs. Plus important encore, le film a passé les frontières et s'est classé parmi les films ayant réalisé le plus d'entrées dans la plupart des marchés de l'UE (par exemple n° 1 en Allemagne et aux Pays-Bas, n° 3 en Pologne, n° 4 en Italie et en Espagne). Avec 18,5 millions d'entrées dans les pays de l'UE autres que la France, Intouchables a réalisé 46 % de ses entrées européennes sur des marchés non nationaux, chiffre exceptionnel pour une comédie française. Intouchables est ainsi devenu la production de langue non anglaise à avoir connu le plus grand succès de tous les temps sur le marché international. Toutefois, c'est un autre film français, cette fois en anglais, Taken 2 (n° 17 dans l'UE), qui figure parmi les 20 films ayant réalisé le plus d'entrées aux Etats-Unis, à côté de Skyfall. Egalement tourné en anglais, le film catastrophe espagnol Lo imposible (n° 26 dans l'UE) est le quatrième film européen à avoir attiré le plus de spectateurs de l'année, principalement grâce à son marché national. Il n'est donc pas surprenant qu'il s'agisse du film espagnol qui a enregistré le plus de recettes de tous les temps en Espagne.

 

Tableau 2 : Répartition des entrées dans l'Union européenne en fonction du pays d'origine (2008– 2011I) (en % du total des entrées en salles)

 

Augmentation de la production de films de fiction de l'UE, mais chute de 10 % de la production de documentaires

Un point de repère pour le volume de production de l'UE a été fixé en 2011 avec 1 336 films tournés. Par comparaison, 1 299 films ont été produits en 2012 (37 de moins que l'année précédente). Toutefois, ce recul est principalement dû à une assez légère baisse de la production de documentaires, les longs métrages ayant été très nombreux en 2012. Hormis la quantité, l'anatomie de la production cinématographique a changé par rapport à 2011 ; le budget moyen a chuté dans la plupart des principaux pays de production, tels que l'Espagne et la France, alors que dans d'autres, comme au Royaume-Uni, les dépenses globales ont été considérablement réduites. En outre, dans plusieurs grands pays de production, la tendance en matière de budgets est aux extrêmes supérieurs et inférieurs. De même, le nombre de coproductions internationales a augmenté car il s'agit d'un moyen pour poursuivre l'activité alors que l'investissement national diminue et, dans de nombreux cas, les aides publiques subissent des coupes importantes.

 

Tableau 3 : Nombre de longs métrages produits au sein de l'Union européenne (estimation)

 

Trois cinémas européens sur quatre sont désormais numériques

Avec une pénétration de 74 % au sein de l'UE, le déploiement numérique est entré dans sa phase finale. Dans l'ensemble, l'UE a franchi le point de non-retour avec 21 693 écrans numériques fin 2012, soit 36 % de plus qu'en 2011. Là encore, chaque pays a progressé à une vitesse variable. Si le Luxembourg, l'Autriche, la Belgique et la Finlande sont entièrement, ou presque entièrement, numérisés, la Lituanie, la Grèce et la Slovénie sont toujours en retard avec une pénétration inférieure à 25 %. Les principaux marchés numériques en nombre d'écrans sont le Royaume-Uni et la France, alors que d'autres grands territoires comme l'Allemagne, l'Italie et surtout l'Espagne sont en dessous de la moyenne européenne de 74 %.

 

Tableau 4 : Top 5 des pays selon le nombre d'écrans numériques en 2012

 

Tableau 5 : Classement des 20 films ayant réalisé le plus d'entrées en Europe en 2012 prov

 

Tableau 6 : Classement des 20 films européens ayant réalisé le plus d'entrées en Europe en 2012 prov

L'Observatoire européen de l'audiovisuel sera présent au Marché du Film, Cannes
Stand 18.02, niveau 01,
Palais des Festivals
Tél.: 33 (0)4 92 99 21 07


Pour des informations complémentaires, consultez le guide FOCUS 2013 - Tendances du marché mondial du film réalisé par l'Observatoire européen de l'audiovisuel et édité par le Marché du film.

Les journalistes sont cordialement invités à retirer leurs exemplaires "presse" gratuits sur le stand de l'Observatoire :

Stand 18.02, niveau 01, Palais des Festivals, tél. du stand : +33 (0)4 92 99 21 07.


Remarques à l'intention des rédactions :

  • Les données ont été recueillies avec la collaboration de l'EFARN (réseau européen des chercheurs et responsables des statistiques des agences nationales du cinéma).
  • Tous les chiffres de l'année 2012 sont provisoires.

L'Observatoire européen de l'audiovisuel, Conseil de l'Europe

Institué en décembre 1992, l'Observatoire européen de l'audiovisuel a pour objectif de collecter et de diffuser les informations relatives à l'audiovisuel en Europe. L'Observatoire est un organisme de service public européen, composé de 39 Etats membres et de l'Union européenne, représentée par la Commission européenne. Il exerce son activité dans le cadre juridique du Conseil de l'Europe et travaille en collaboration avec un certain nombre d'organismes partenaires et professionnels du secteur audiovisuel, ainsi qu'avec un réseau de correspondants. Outre ses contributions aux conférences, ses principales activités consistent en la publication d'un annuaire, de rapports et de bulletins d'information, la compilation de bases de données et la fourniture d'informations grâce au site Internet de l'Observatoire (http://www.obs.coe.int).

Parts de marché (tableau 2)

Les parts de marché indiquées dans ce tableau reposent sur l'analyse des résultats des films sortis en salles dans les pays membres de l'Union européenne pour lesquels des données sur les entrées réalisées par les films ont été mises à disposition de l'Observatoire européen de l'audiovisuel. Pour établir ces parts de marché, un seul « pays d'origine » doit être attribué à chaque film, ce qui peut s'avérer difficile dans le cas de productions internationales : l'Observatoire définit alors un pays d'origine correspondant à la principale source de financement et/ou au contrôle créatif du projet. En 2005, pour la première fois, l'Observatoire a procédé au recensement spécifique des films produits dans un ou plusieurs pays européens (ou ailleurs) à l'aide d'investissements américains, en ajoutant la mention « inc » (investissement étranger) à l'attribution du pays d'origine. Il convient toutefois de noter que la communication ultérieure de nouvelles informations entraîne parfois une modification du pays d'origine et que l'attribution du pays d'origine d'un film, telle que mentionnée dans LUMIERE, peut ne pas être identique à celle indiquée par des sources nationales.

Les données provisoires des parts de marché dans l'Union européenne en 2011 indiquées dans le tableau 2 se fondent sur les chiffres disponibles des entrées réalisées par chaque film et réunis dans la base de données LUMIERE au 2 mai 2013. A cette date, le taux de couverture de la base de données pour les entrées dans les 23 pays de l'Union européenne était d'environ 91,8 %. En raison d'un certain nombre de lacunes dans la collecte et la communication des données de divers pays, il est actuellement impossible de parvenir à une couverture à 100 % des entrées. Pour 2012, il reste à inclure dans la base de données LUMIERE des informations complémentaires sur les pays européens suivants : Chypre, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Malte et les Pays-Bas.

Les données fournies dans ce communiqué de presse sont plus précises que celles publiées dans FOCUS 2013, qui utilise des données à un moindre niveau d'avancement de la saisie et donc moins complètes.

Nombre des longs métrages produits dans l'Union européenne (tableau 3)

L'évaluation du volume total de production des longs métrages dans l'Union européenne reste difficile, principalement en raison du risque de double comptabilisation des coproductions et des différences entre les méthodologies nationales de collecte de ces données. Le total pour l'Union européenne inclut en général les longs métrages destinés à une exploitation en salles, à l'exception des coproductions minoritaires et de la production américaine et étrangère au Royaume-Uni. Pour certains pays, des données distinctes pour les fictions de long métrage et les documentaires de long métrage ne sont pas disponibles.

Classement des entrées des films européens (tableaux 5 et 6)

Les classements des films européens des tableaux 5 et 6 sont établis à l'aide des informations en date du 2 mai 2013 contenues dans la base de données LUMIERE. Cette base de données sur les entrées des films sortis en Europe, disponible gratuitement en ligne, est le fruit d'une collaboration entre l'Observatoire européen de l'audiovisuel et diverses sources nationales spécialisées, ainsi que le programme MEDIA de l'Union européenne. LUMIERE fournit une analyse pays par pays des entrées pour plus de 30 000 films sortis en Europe depuis 1996.

 


Contacts à l'Observatoire européen de l'audiovisuel :

  • André Lange, Responsable du Département Informations sur les marchés et les financements andre.lange@coe.int - tél.: +33 (0) 3 90 21 60 00 / 60 11
  • Julio Talavera , Analyste, Département Informations sur les marchés et les financements julio.talavera@coe.int - tél.: +33 (0) 3 90 21 60 00 / 60 14
  • Alison Hindhaugh, Responsable Communication et Presse alison.hindhaugh@coe.int - tél.: +33 (0) 3 90 21 60 10 - tél. portable à Cannes : +33 (0) 6 84 35 27 43