23/04/2013 : Communiqué de presse - Journalisme ouvert

L'Observatoire européen de l'audiovisuel publie une nouvelle étude

Le quotidien britannique The Guardian vient d'annoncer le lancement de Guardianwitness, une nouvelle plate-forme visant à collecter auprès de ses lecteurs des documents d'actualité - textes, films et photographies - autrement dit des contenus générés par les utilisateurs (CGU). Outre-Atlantique, la législation américaine vient d'interdire aux particuliers de filmer ou de photographier tout acte de cruauté envers des animaux aux fins de « naming and shaming » (dénonciation publique).


Grâce à la technologie vidéo portable que bon nombre d'entre nous emmènent partout, nous sommes TOUS des journalistes en puissance dans le « meilleur des mondes » du journalisme ouvert. Quiconque se trouve au « mauvais endroit » au « bon moment » a une chance de saisir le scoop du siècle avec son smartphone. Traquant sans relâche les meilleurs sujets juridiques relatifs aux médias, l'Observatoire européen de l'audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l'Europe à Strasbourg, vient de publier un nouveau numéro d'IRIS plus intitulé :

Journalisme ouvert

L'article de fond de ce nouveau dossier est signé Tarlach McGonagle, de l'Institut du droit de l'information (IViR) d'Amsterdam. La première partie analyse les différentes catégories de contenus générés par les utilisateurs et leurs implications juridiques. En 2007, l'OCDE établissait que le contenu généré par l'utilisateur, ou CGU, pouvait se définir comme un contenu « publiquement disponible », traduisant « un certain effort de créativité » et dont la création intervenait « en dehors des pratiques et habitudes professionnelles ». Depuis lors, comme le note l'article, « l'architecture du Web 2.0, avec sa tendance à favoriser l'échange entre pairs et les activités participatives, a grandement facilité l'adoption du CGU. »

 

Tarlach McGonagle passe ensuite en revue le contexte réglementaire et politique régissant la production et l'utilisation du CGU. Il est intéressant de noter que bien que la liberté d'expression soit inscrite dans la Convention européenne des droits de l'homme (telle qu'elle est appliquée par la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg), il s'agit d'un domaine encore très nouveau pour la jurisprudence, puisque pour l'instant, aucune « affaire de CGU » n'a encore été jugée à Strasbourg (même si l'affaire Delfi AS contre Estonie est pendante devant la Cour). Cependant, l'auteur fait remarquer que « la jurisprudence de la Cour témoigne d'une tendance bien ancrée à accorder aux journalistes/médias un niveau accru de protection de leur droit à la liberté d'expression. » En matière de CGU, Tarlach McGonagle établit que les « non-journalistes » produisant du CGU afin de contribuer au débat public bénéficient de façon croissante de ces « libertés journalistiques ».

 

Ce constat conduit à une analyse des relations actuelles entre le contenu généré par les utilisateurs et l'actualité. Enumérant les avantages potentiels de l'intégration du CGU dans les informations produites par des professionnels, l'auteur affirme que « cette poussée du reportage et du commentaire d'actualité ascendant, dont le CGU est la pièce maîtresse, peut améliorer la diversité et la multiplicité des voix participant au processus de traitement de l'information. » Toutefois, jusqu'à l'annonce mardi dernier de l'initiative Guardianwitness, l'intégration du CGU dans le contenu des informations était restée relativement limitée, notamment pour des raisons de « défense de l'autonomie sectorielle » des journalistes professionnels et pour des questions de crédibilité.

 

Terminant son article par un tour d'horizon des perspectives, Tarlach McGonagle conclut que « l'avenir de la liberté et de la régulation des médias est inextricablement lié à l'avenir de la liberté et de la régulation d'autres acteurs participant au débat public, à travers le CGU ou toute forme de média, institutionnalisé ou non, professionnel ou non. »

 

La rubrique Reportages de ce numéro se penche sur les normes édictées par le Conseil de l'Europe en matière de protection de la liberté d'expression dans l'environnement en ligne. Cette rubrique propose également des articles sur la relation entre les réseaux sociaux et les services de médias audiovisuels et aborde également la question délicate de la responsabilité liée au CGU (toute la série des tweets ayant fait récemment sensation et leurs conséquences).

 

Enfin, la rubrique Zoom publie un document fondateur pour l'analyse de l'utilisation et de la responsabilité liée au CGU et aux sites de médias sociaux, les Lignes directrices 2013 sur les médias sociaux de la Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

 

Rapport IRIS plus sur le « Journalisme ouvert ». Un incontournable pour le journaliste qui est en chacun de nous…

 


Pour des informations plus détaillées ou pour obtenir un exemplaire en service de presse (journalistes uniquement), veuillez contacter  :
Alison Hindhaugh, Responsable Communication et Presse, Tél.: +33 (0) 3 90 21 60 10 - E-mail : alison.hindhaugh@coe.int

Pour vous abonner à notre revue IRIS plus ou pour acheter un numéro individuel, cliquez ici ou contactez markus.booms@coe.int.

 

Pour de plus amples informations concernant le contenu des publications IRIS, veuillez contacter notre service juridique : susanne.nikoltchev@coe.int - francisco.cabrera@coe.int.