02/12/2014 : Communiqué de presse - Une nouvelle étude sur l'industrie cinématographique russe révèle la très forte progression de la VoD - L'Observatoire européen de l'audiovisuel publie une nouvelle étude

Un nouveau rapport sur l’industrie cinématographique en Fédération de Russie est présenté au-jourd’hui à Moscou par l’Observatoire européen de l’audiovisuel (qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg), en collaboration avec Nevafilm Research, Universe Consulting (le projet Movie Research) et iKS-Consulting. Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un atelier coorganisé par l’Observatoire et Nevafilm qui se déroule à l’occasion de la 95e édition du Marché international du film de Moscou. Ce rapport est le quatrième de la série. Il coûte 30€ (en version PDF)  et peut être pré-commandé de markus.booms@coe.int.

Le rapport contient des informations sur l’industrie cinématographique russe dans son ensemble ainsi que sur ses différentes branches, décrit le cadre institutionnel dans lequel fonctionne l’industrie et examine les résultats de la collaboration internationale. La nouvelle étude est complétée par des chapitres spécifiques consacrés à la production et à la distribution des films régionaux, ainsi que par une vue d’ensemble de la distribution télévisuelle en Russie.

Depuis 2012, le soutien de l’Etat à l’industrie cinématographique a évolué en Russie. En plus de la délimitation claire des domaines de responsabilité respectifs du ministère de la Culture (chargé de la production des premiers films ainsi que des films expérimentaux, pour enfants et documentaires) et du Fonds pour le cinéma (qui gère les longs métrages commerciaux et les projets d’animation), la procédure de sélection qui détermine quels projets peuvent bénéficier des aides de l’Etat (au moyen de sessions publiques de pitching) a gagné en transparence. Mais surtout, le Fonds pour le cinéma octroie de plus en plus de financements sous forme de prêts. En 2013, le Fonds consacrait 63 % de son budget aux subventions et seulement 12 % à des prêts entièrement remboursables. En 2014, ces proportions sont respectivement de 39 et 40 %.

Dans le même temps, la production cinématographique régionale progresse en Russie, soutenue par des investissements privés et par des aides des gouvernements régionaux. Les films réalisés, souvent dans des langues parlées localement dans une seule région ou république du pays, sont projetés dans des cinémas régionaux et parviennent à récupérer les sommes investies. Les Répu-bliques de Sakha (Iakoutie) et de Bouriatie sont celles qui ont le plus développé l’industrie locale de la production et de la distribution : en 2013, au total, 132 000 spectateurs ont vu ces films locaux et les recettes au guichet ont atteint 27 millions RUB.

La transition vers les technologies numériques dans les cinémas est maintenant presque terminée. A la mi-2014, 75 % des cinémas disposent d’un projecteur numérique pour chaque écran, et seuls 7 % des cinémas n’ont aucune salle numérique. Tous les films sortis en 2014 ont été distribués au format numérique ou hybride, à peine 9 % d’entre eux étant également imprimés sur celluloïd.

Dans le même temps, les services de vidéo à la demande, qui ont pris la place de la vidéo à domi-cile distribuée sur support physique, ont connu une croissance rapide. iKS Consulting estime que le volume des ventes pour la vidéo à la demande en Russie s’élevait à 1,13 milliard RUB en 2012. Ce chiffre est passé à 2,79 milliards RUB en 2013, et à 2,32 milliards RUB pour le seul premier se-mestre de 2014.

Le marché de la VàD en Russie,  2012 - premier semestre de 2014
En miliards de RUB

 

 

 

 

 

 

L’Observatoire européen de l’audiovisuel

Institué en décembre 1992, l’Observatoire européen de l’audiovisuel collecte et diffuse des informations sur l’industrie audiovisuelle en Europe. L’Observatoire est un organisme de service public, composé de 40 Etats membres et de l'Union Européenne, représentée par la Commission Européenne. Il exerce son activité dans le cadre juridique du Conseil de l’Europe, travaille en collaboration avec plusieurs partenaires et organismes professionnels et s’appuie sur un réseau de correspondants. Outre sa participation à des conférences, ses principales activités incluent la publication d’un annuaire, de lettres d’information et de rapports, ainsi que la communication d’informations grâce à son site internet (http://www.obs.coe.int). L’Observatoire assure un accès public à quatre bases de données, dont Lumière (sur les entrées des films sortis en salles en Europe) – http://lumiere.obs.coe.int) et Korda (sur les aides publiques aux films et aux productions audiovisuelles en Europe http://korda.obs.coe.int).

Nevafilm

Nevafilm, présente sur le marché russe depuis 1992, a une grande expérience de l’industrie cinématographique. La société possède des studios d'enregistrement et de doublage à Moscou et à Saint-Pétersbourg (Nevafilm Studios) ; elle est leader sur le marché russe de l'aménagement des cinémas, mais aussi sur celui de la fourniture et de l'installation des équipements destinés aux salles de cinéma et aux salles numériques (Nevafilm Cinemas) ; elle est devenue le premier laboratoire de cinéma numérique pour la création de masters et copies numériques (Nevafilm Digital) ; elle distribue des contenus nouveaux pour les écrans numériques (Nevafilm Emotion) ; elle réalise depuis 2003 des études indépendantes de suivi du marché russe du cinéma dans le domaine de l'exploitation en salles et collabore régulièrement avec les organismes de recherche internationaux en leur fournissant des informations sur l'évolution du marché cinématographique russe (Nevafilm Research).

Universe Consulting

Universe Consulting a été créée à Moscou en 2001. Actuellement, la société assure des services de conseil en gestion pour le secteur du cinéma, entre autres, et réalise des études sur l’état de l’industrie cinématographique (le projet Movie Research) et le neuromarketing (le projet Neurotrend).
La société a mené à bien plus de 130 projets d’étude dans le cadre de son projet Movie Research, dont plus de 15 couvraient tous les secteurs de l’industrie. Chaque année depuis 2008, Universe Consulting publie un recueil intitulé KinoStatistics, qui systématise les informations annuelles sur l’industrie cinématographique russe. Depuis plusieurs années, Universe Consulting effectue une analyse stratégique et établit des prévisions sur l’évolution de l’industrie cinématographique. Elle travaille à développer des mécanismes et des mesures par lesquels la politique du gouvernement peut soutenir la cinématographie russe et apporte un soutien informationnel et analytique aux agences gouvernementales et aux principaux acteurs du marché.

iKS-Consulting

iKS Consulting est un cabinet de conseil international qui propose des conseils en gestion, des études et des analyses de marché dans les domaines des télécommunications, des technologies de l’information et des médias. Principales caractéristiques d’iKS Consulting :
• Connaissance détaillée du marché des TIC en Russie, dans la CEI et dans le monde entier. Bureaux permanents dans quatre villes : Moscou, Kiev, Almaty et Londres.
• Large gamme de services, allant de l’analyse de l’environnement concurrentiel dans une région donnée à l’élaboration d’une stratégie pour lancer une nouvelle activité.
• Société de services complète, elle gère tous les projets en s’appuyant sur des bases de données exclusives et sur la surveillance du marché. Surveillance continue de l’évolution du marché dans les 83 régions et républiques de la Fédération de Russie, les 27 régions d’Ukraine et les 14 régions du Kazakhstan.
• Equipe interne dédiée à l’étude sur le terrain : l’organisation étudie les segments clients privés et entreprises dans toutes les régions des pays où elle opère ;
• Equipe d’experts ayant l’expérience du secteur des TIC, qui connaissent parfaitement le marché et ses entreprises, ayant chacun accès à un vaste réseau de contacts personnels parmi les acteurs clés du marché. Cabinet de conseil international qui propose des conseils en gestion, des études et des analyses de marché dans les domaines des télécommunications, des technologies de l’information et des médias.