10/02/2014 : Communiqué de presse - Le marché de la télévision et de la vidéo à la demande en Fédération de Russie

L'Observatoire européen de l'audiovisuel publie un nouveau rapport en accès libre.

  • Les chaînes télévisées à couverture fédérale restent en tête du marché et sont regardées régulièrement par 90 % des téléspectateurs russes.
  • Les contenus diffusés par les principales chaînes sont à 77 % d'origine nationale et à 23 % d'origine extérieure. Les importations d'Europe représentent environ 6 % du total des contenus.
  • Il existe actuellement 60 services de vidéo à la demande en Russie.

L'Observatoire européen de l'audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l'Europe (Strasbourg), vient de publier un nouveau rapport consacré au marché télévisuel et à la vidéo à la demande en Fédération de Russie (« TV Market and Video on Demand in the Russian Federation »). Il peut être téléchargé ici en anglais et en russe. Élaboré par KVG Research, cabinet de conseil basé à Moscou, ce document vise principalement à analyser l'origine des contenus diffusés par les principales chaînes de télévision russes.

Le poids des chaînes fédérales

La prédominance des chaînes terrestres a toujours été l'une des caractéristiques majeures du paysage télévisuel russe. Le système de radiodiffusion fédérale étant financé et mis à disposition par l'Etat, les grandes chaînes peuvent diffuser dans l'ensemble du pays. En 2012, selon les données du Service fédéral anti-monopole, il existait au total 21 chaînes fédérales : Channel One, Russia 1, Russia 2, Russia 24, Russia K, NTV, Petersburg - Channel 5, TVC, CTC, Peretz, Domashniy, U, Disney Channel, TV3, MTV, TNT, REN TV, Mir, Zvezda, 2x2 et RBC TV. A l'exception de RBC TV, qui n'a rejoint cette liste qu'en 2012, chacune dispose de sa propre fréquence terrestre. Près de la moitié de ces chaînes font partie du bouquet soumis à une obligation de reprise (« must-carry »). Il s'agissait en 2012 des diffuseurs suivants : Channel One, Russia 1, Russia 2, Russia 24, Russia K, NTV, Petersburg - Channel 5, Public Television of Russia et Karusel. Tous les opérateurs télévisuels sont tenus d'inclure ces chaînes dans leur offre et de les diffuser gratuitement à leurs clients. 90 % des téléspectateurs russes regardent régulièrement les chaînes fédérales.

Une étude menée par l'Association russe des agences de communication montre que les recettes publicitaires des chaînes ont augmenté de 9 % en 2012 pour atteindre 143,2 milliards de RUB (hors TVA). Les radiodiffuseurs terrestres en ont encaissé pas moins de 139,9 milliards, les 3,31 milliards restants se répartissant entre les sociétés de production et les distributeurs de chaînes thématiques sur les réseaux câblés et le satellite. Globalement, le segment télévisuel dominait le marché de la publicité. Les six principaux acteurs (Channel One, Russia 1, NTV, CTC, TNT et REN TV) ont concentré 70 % du volume publicitaire diffusé sur la télévision terrestre en 2012. Ces chaînes ont également effectué les achats les plus importants de contenus télévisés et cinématographiques en première diffusion en Russie.

Origine des contenus diffusés par les chaînes fédérales

Il convient de noter que la répartition entre les contenus nationaux et étrangers diffusés par les grandes chaînes rapportée au temps de radiodiffusion total est constante depuis deux ans, tant du point de vue du volume total que des chaînes individuelles. En 2012, selon les chiffres fournis par KVG Research, 77 % des contenus diffusés par les chaînes analysées étaient d'origine nationale et 23 % d'origine étrangère. En termes absolus, le volume de contenus étrangers diffusés en 2012 représentait plus de 10 000 heures, soit environ 12 000 titres. Seuls 11 % d'entre eux étaient proposés en première diffusion, contre 43 % des programmes nationaux, à titre de comparaison.

Source : KVG Research, TVRETE
Chaînes TV : Channel One, Russia 1, NTV, CTC, TNT, REN TV

 

Les chaînes CTC (45 %) et TNT (41 %) ont été les plus actives dans ce domaine, diffusant des contenus étrangers de nature variée, puisqu'elles continuent d'offrir des longs métrages, séries télévisées et programmes d'animation étrangers. NTV proposait pour sa part 5 % de programmes étrangers, principalement des films et des séries diffusés en règle générale de nuit. Du point de vue de la proportion de contenus nationaux diffusés, Russia 1 occupe la deuxième place (90 %), suivie par Channel One (81 %) et REN TV (80 %).

Il est deux domaines dans lesquels les sociétés de production russes ne parviennent pas actuellement à concurrencer les acteurs étrangers : les longs métrages (qui sont à 83 % des produits étrangers), ainsi que les films et séries d'animation (à 83,4 % étrangers).

Source: KVG Research, TVRETE
TV Channels: Channel One, Russia 1, NTV, CTC, TNT, REN TV

 

En 2012, 71 % des programmes étrangers diffusés par les grandes chaînes terrestres russes provenaient des Etats-Unis. Le Royaume-Uni arrivait deuxième et totalisait 6 % des titres, suivi par la France (5 %). Plusieurs pays représentaient entre 1 et 3 % des contenus diffusés par la télévision terrestre sur la période analysée. Enfin, les 5 % restants, réunis sous l'appellation « others » (autres), regroupaient plus de 40 pays dont, notamment, l'Espagne, la Belgique, la Suède, le Danemark, la République tchèque et la Hongrie.

D'une manière générale, les chaînes diffusent ces contenus étrangers pendant la nuit ou tôt le matin, un phénomène caractéristique de la télévision russe. Entre minuit et 5 heures du matin, la part des contenus étrangers atteint un pic à 42 %. Il s'agit à 59 % de productions européennes.

Grâce aux autres plates-formes de diffusion de contenus télévisuels et cinématographiques, qui connaissent un développement actif en Russie, les entreprises étrangères peuvent tirer parti d'autres canaux de vente. A l'été 2013, il existait quelque 60 services en ligne de vidéo à la demande proposant des contenus sous licence. Selon l'étude de KVG Research, 52 % d'entre eux disposent dans leur vidéothèque de contenus tant nationaux qu'étrangers. Parmi les 45 % proposant exclusivement des contenus nationaux, 88 % comportent des plates-formes vidéo affiliées à des chaînes de télévision. L'offre iTunes d'Apple a fait son apparition en Russie fin 2012. La télévision connectée a connu une poussée notable ces dernières années dans le pays. Plus de la moitié des applications commercialisées sont en langue russe. Les principales plates-formes russes de vidéo en ligne sont tvigle.ru, ivi.ru, megogo.ru, now.ru, videomore.ru, zoomby.ru, play.ru et quelques autres, auxquelles s'ajoutent les applications des chaînes de télévision russes (Channel One, CTC, Domashniy, Peretz, Dozhd et RBC). Les ressources proposées sont à 35 % en langue anglaise – principalement des contenus d'information, musicaux et éducationnels.

Avec la collaboration de KVG, l'Observatoire européen de l'audiovisuel a élargi à la Fédération de Russie la couverture de la base de données MAVISE (http://mavise.obs.coe.int). Celle-ci inclus à présent 270 chaînes de télévision et 74 services audiovisuels à la demande établis dans la Fédération.


Contacts presse :

Observatoire : Alison Hindhaugh (alison.hindhaugh@coe.int, + 33 390 60 21 60 10)

KVG : Daria Evdokimova (devdokimova@kvgresearch.ru, +7 495 589 27 44)

Questions sur le contenu :

Observatoire : André Lange (andre.lange@coe.int, + 33 390 21 60 11)

KVG: Anastasia Vasilieva  (avasilieva@kvgresearch.ru, +7 495 589 27 44)

 


L'Observatoire européen de l'audiovisuel

Institué en décembre 1992, l'Observatoire européen de l'audiovisuel a pour objectif de collecter et de diffuser les informations relatives à l'audiovisuel en Europe. L'Observatoire est un organisme de service public européen, composé de 40 Etats membres et de l'Union européenne, représentée par la Commission européenne. Il exerce son activité dans le cadre juridique du Conseil de l'Europe et travaille en collaboration avec un certain nombre d'organismes partenaires et professionnels du secteur audio­visuel, ainsi qu'avec un réseau de correspondants. Outre ses contributions aux conférences, ses principales activités consistent en la publication d'un annuaire, de rapports et de bulletins d'information, la compilation de bases de données et la fourniture d'informations grâce au site Internet de l'Observatoire (http://www.obs.coe.int)

KVG Research

KVG Research, filiale du groupe Key Vision, se spécialise dans les études relatives au marché des médias. Ses prestations sont axées sur l'analyse du marché télévisuel et de ses principaux acteurs. KVG Research utilise sa propre méthodologie afin d'analyser la situation globale du secteur, mais aussi d'en étudier des segments distincts. Ses données sont issues d'outils propriétaires, les bases de données multi-niveaux TV RETE, TV PRODCO et TV PRETIUM, qui permettent d'analyser le marché avec divers degrés de précision. http://www.kvgresearch.ru/

MAVISE - Base de données sur la télévision et les services audiovisuels à la demande en Europe

Accessible gratuitement et en ligne, MAVISE est une base de données unique en son genre qui a été développée par l'Observatoire européen de l'audiovisuel pour la DG Communication de la Commission européenne. MAVISE propose une large gamme de possibilités de recherche sophistiquées des chaînes de télévision en fonction de critères tels que le genre, la couverture géographique, la langue, l'audience spécifique ciblée. La base de données MAVISE est disponible à l'adresse http://mavise.obs.coe.int.

 

Version PDF de ce communiqué en français et en russe.