14/07/2014 : Communiqué de presse - L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie son nouvel Annuaire statistique

L’Observatoire européen de l’audiovisuel (Conseil de l’Europe, Strasbourg) publie aujourd’hui le deuxième volume de l’édition 2013 de son Annuaire. Télévision, cinéma, vidéo et services audiovisuels à la demande – Le paysage paneuropéen.

Cette publication de référence, qui en est à sa 19ème édition, fournit chiffres et analyses sur la place de l’industrie audiovisuelle européenne sur le marché mondial, sur les développements des plates-formes de distribution, sur les services de télévision et les services audiovisuels à la demande, ainsi que sur le marché européen du cinéma et de la vidéo physique. De manière inédite, l’Annuaire propose également cette année une analyse de la place de la fiction européenne dans la programmation des chaînes de télévision aux États-Unis.

Parmi la masse de données contenues dans cette publication (128 tableaux, 50 graphiques), on peut épingler quelques chiffres particulièrement significatifs :

  • La part de l’industrie européenne sur le marché mondial, calculée à partir d’une analyse du chiffre d’affaire audiovisuel (cinéma, télévision, services à la demande, musique enregistrée, jeux vidéo, commerce de détail spécialisé) des 50 premiers groupes mondiaux est tombée de 17,1 % en 2009 à 12,5 % en 2013, tandis que la part des groupes établis aux Etats-Unis est passée de 57,7 % à 66,4 %.
  • Les revenus des entreprises publiques de radio-télévision de l’Union européenne sont passés de 33,4 milliards d’euros en 2009 à 32,6 milliards en 2012. En 2012, la part des revenus publics (redevance, financement sur budget public, contributions,…) représentait 76,2 % des revenus de ces revenus, contre 21,4 % pour les revenus commerciaux (publicité, péage, ventes de droits et de produits,…) et 2,4 % pour les autres revenus.
  • Le chiffre d’affaires des 19 principaux groupes de télévision privées européens a augmenté, à périmètre d’activités constant, de 1 % en 2013. Les groupes qui tirent l’essentiel de leurs revenus de la télévision à péage ont connu une croissance de 1,5 %, tandis que les groupes financés essentiellement par la publicité ont vu leur chiffre d’affaire rester stable (-0,1 %).
  • Le secteur de la télévision à péage comptait en 2013, dans 37 pays européens, 7 898 opérateurs, soit une diminution sensible par rapport à 2009 (8 381, soit -5,8 %). La concentration a été particulièrement sensible dans le domaine du câble (7 551 opérateurs, contre 8 079) et dans celui des opérateurs de télévision vers les mobiles (53 en 2013 contre 77 en 2009). Par contre le nombre d’opérateurs de plates-formes satellitaires est passé de 73 à 80, celui des opérateurs de plates-formes de télévision à péage en numérique terrestre de 25 à 33, malgré diverses faillites, tandis que le nombre d’opérateurs de plates-formes IPTV sur réseaux DSL est passé de 127 à 181, illustrant le rôle croissant des opérateurs de télécommunication dans la distribution de services audiovisuels.
  • L’analyse de la programmation de la diffusion de fiction (films, téléfilms, séries, animation) par 35 chaînes de télévision aux Etats-Unis en 2012 montre que la part horaire des fictions européennes était de seulement 8,2 %, parmi lesquels 7 % pour des fictions résultant de coproductions ou cofinancements entre producteurs européens et producteurs d’autres parties du monde, et donc essentiellement américains. Par comparaison, la part des fictions américaines dans la programmation d’un échantillon de chaînes européennes dépasse systématiquement les 52 %.
  • 59,5 % des services de VoD disponibles dans les pays de l’Union européenne sont sous contrôle de groupes américains.

Dans son éditorial, André Lange, responsable du Département « Information sur les marchés et les financements » à l’Observatoire européen de l’audiovisuel, souligne les difficultés croissantes dans la collecte de données pertinentes sur les marchés audiovisuels, résultant en particulier des pratiques de consolidation des comptes des grands groupes, du peu de données communiquées par les fournisseurs de services audiovisuels à la demande et de la complexité croissante de la mesure d’audience à l’heure de la multiplication des modalités de réception des images. Paradoxalement, alors que le développement de l’Internet démultiplie la production de données – entraînant la multiplication des techniques d’exploitation des « Big data » par les grands opérateurs – l’accès aux informations de base permettant de saisir de manière précise l’évolution des marchés devient de plus en plus difficile.

L’Annuaire bénéficie de la collaboration privilégiée avec de nombreux correspondants nationaux et divers organismes tels que Bureau Van Dijk Electronic Publishing, EBU-M.I.S., le réseau EFARN, le service Eurodata-TV Worldwide de Médiamétrie, EUROSTAT, IHS, l’International Video Federation (IVF), Médiasalles, ROVI, Warc.

Annuaire 2013. Volume 2. Télévision, cinéma, vidéo et services audiovisuels à la demande – Le paysage paneuropéen, Observatoire européen de l’audiovisuel, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 256 pages.

Egalement disponible :
Annuaire 2013, Volume 1. Télévision, cinéma, vidéo et services audiovisuels dans 39 pays européens, Observatoire européen de l’audiovisuel, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 336 pages.