Legal

DLI IRIS Plus 2013-2

IRIS Plus 2013-2: Journalisme ouvert

Auteur: Tarlach McGonagle, Institut du droit de l'information (IViR), Faculté de droit, Université d'Amsterdam

Publié: 01/04/2013

Publiez et soyez damnée ?

La célèbre phrase du duc de Wellington décrit parfaitement les défis auxquels se trouvent confrontés les régulateurs chargés des questions juridiques complexes posées par le journalisme ouvert. A l'ère d'internet et des téléphones intelligents, nous sommes TOUS potentiellement des journalistes capables de générer une copie, du son et des images. De l'essor des blogs qui permettent aux particuliers de publier du contenu sur leur propre plateforme, à l'ouverture de sections dédiées aux commentaires à la fin des articles de journaux, en passant par l'inclusion de films générés par les utilisateurs dans les reportages d'actualité, les médias « professionnels » en sont venus à absorber le contenu généré par les utilisateurs comme une source supplémentaire de contenu. De nos jours, les médias recrutent activement ces « journalistes ouverts » afin de puiser dans une source supplémentaire de copie. De toute évidence, cette pratique s'accompagne d'un nouvel éventail de questions sociétales et, par conséquent, juridiques qui ne sont que partiellement couvertes par les cadres juridiques existants, conçus pour des services de médias impliquant une participation moindre des utilisateurs et une portée médiatique moins inventive.

Le domaine du journalisme ouvert et de l' « information générée par les utilisateurs » comprend plusieurs facettes et ses besoins potentiels en matière de réglementation imposent de commencer par dresser le bilan de la situation. L'article de fond de ce numéro d'IRIS plus vise à déterminer et à localiser ces besoins. Il analyse l'incidence du recours à du contenu généré par les utilisateurs sur les processus de traitement de l'information et met en évidence les éventuelles conséquences juridiques. L'article distingue notamment différents types de contenu généré par les utilisateurs et leurs possibles définitions et se penche sur la façon dont ils sont ou plutôt pourraient être gérés, au niveau européen, dans la jurisprudence sur la liberté d'expression et d'information ainsi que dans le cadre de la réglementation générale. Il explique aussi pourquoi le contenu généré par les utilisateurs devient un « animal spécial » lorsqu'il est proposé dans le cadre des actualités dans les médias audiovisuels et la façon dont cette forme de journalisme ouvert est capable de générer encore plus de questions concernant la liberté des médias et les processus de traitement de l'information.

pdf