Questions internationales

IRIS Plus 2004-1: La réglementation de la radiodiffusion en langues minoritaires

Auteur: Tarlach McGonagle, Institut du droit de l'information (IViR) de l'université d'Amsterdam & Andrei Richter, Centre de Droit et de Politique des Médias de Moscou (MMLPC)

Publié: 01/02/2004

En 2002, un symposium sur les politiques linguistiques était intitulé "plus de langues – plus d'Europe". A l'inverse, on pourrait dire : "plus d'Europe – plus de langues". A cet égard, le recrutement de traducteurs et d'interprètes maîtrisant les nouvelles langues officielles de l'Europe des 25 est un bel exemple des problèmes que cela soulève.

Les langues sont un volet essentiel de l'histoire, de la culture et de la politique européenne. La possibilité de choisir sa langue revêt la plus haute importance pour chacun d'entre nous. C'est peut-être plus vrai encore pour ceux pour qui langue officielle ne rime pas avec langue maternelle, par exemple parce qu'ils parlent une langue nationale minoritaire. Le voeu de nos concitoyens de pouvoir choisir leur "propre" langue vise aussi les médias audiovisuels.

D'où la question cruciale que pose IRIS plus : faut-il protéger ou promouvoir les langues minoritaires à la télévision, et si oui, comment ? Les exemples de l'Irlande, de la Lettonie, de la Pologne, de la Russie et de l'Ukraine sont attentivement scrutés. IRIS plus vous informe en outre sur le cadre juridique international, qui s'efforce de fixer des normes pour le traitement des langues minoritaires.
 

pdf