Management

IRIS Plus 2005-4: La gestion des droits numériques du point de vue du consommateur

Auteur: Natali Helberger, Institut du droit de l'information, Université d'Amsterdam

Publié: 01/08/2005

Il suffit d'insérer un CD dans la platine, l'ordinateur ou l'autoradio, d'appuyer sur "Play" et d'écouter la musique. C'est tout simple, ou plutôt, ce pourrait être tout simple. Encore présent dans nos esprits, ce scénario est néanmoins en passe de disparaître. Quand on s'achète un CD, aujourd'hui, on n'est pas sûr de pouvoir l'écouter sur son ordinateur, le réécouter dans deux jours ou 30 fois de suite, ni de pouvoir en faire une copie ou transférer les morceaux au format MP3.

Si tout cela est aujourd'hui remis en cause, c'est lié à l'utilisation de plus en plus fréquente des systèmes de gestion des droits numériques (DRM, sigle anglais de Digital Rights Management). Les avis peuvent varier du tout au tout sur l'appréciation du phénomène, selon que l'on se place du point de vue des titulaires de droits ou des consommateurs ; toutes les parties prenantes du problème, y compris les représentants des consommateurs, d'une part, et l'industrie des médias, d'autre part, s'accordent néanmoins sur un point : la DRM peut donner naissance à de nouvelles formes de services numériques. Mais son succès économique dépendra du caractère acceptable ou non de ces services par les consommateurs.

IRIS plus a consacré la présente édition à la DRM du point de vue des consommateurs, afin d'oeuvrer à une meilleure compréhension de cette question.

pdf