Actualités

05/03/2015 : Communiqué de presse - Mapping of the Animation Industry in Europe - L’Observatoire européen de l’audiovisuel va réaliser une importante étude sur l’animation européenne pour la Commission européenne

L’Observatoire européen de l’audiovisuel va entreprendre une importante étude qui se traduira par la publication, cette année, de deux rapports uniques consacrés à l’industrie de l’animation en Europe. Cette étude réalisée pour la Commission européenne, qui est à l’initiative de ce projet, visera à cartographier le paysage de l’industrie de l’animation en Europe. Les résultats seront présentés lors d’une conférence publique organisée fin 2015. Ce projet de l’UE vise à affiner la politique de soutien de l’UE au secteur de l’animation en Europe en fournissant des données cruciales sur la structure, le fonctionnement et la performance de l’industrie. L’Observatoire basé à Strasbourg travaillera avec CARTOON et CITIA, la cité de l’image en mouvement basée à Annecy, et utilisera des renseignements fournis par ces deux organisations.

La première publication – Animation Europe  – fournira "une photo" du marché de l'animation destinée à être publiée dans le cadre du marché de l’animation MIFA du Festival international du film d’animation d’Annecy qui se tiendra du 15 au 20 juin de cette année. Cette publication de référence comprendra des données clés sur la production, la distribution et la consommation des films de long métrage d’animation et des œuvres télévisuelles d’animation en Europe, ainsi que des données structurelles sur l’industrie de l’animation européenne. La seconde publication – Mapping the Animation Industry in Europe – prendra la forme d’une étude plus complète et sera remise à la Commission européenne à la fin de l’année. Elle sera publiée sur le site web de la Commission. Cette étude s’appuiera sur les données décrites dans la première publication et comprendra une analyse plus approfondie de l’industrie.

L’Observatoire a embauché une analyste spécialiste de l’animation, Marta Jiménez Pumares, pour travailler sur ces deux rapports aux côtés des analystes de l’Observatoire Deirdre Kevin et Julio Talavera Milla. Ayant travaillé en tant que productrice exécutive et consultante en affaires, Marta Jiménez Pumares possède une vaste expérience dans le domaine de l’animation. Elle sera aidée dans son travail par une assistante, Elodie Jacques, recrutée en interne au sein du Conseil de l’Europe. (plus)

Contactez Marta : marta.jimenez@coe.int, Tel: + 33 (0) 3 90 21 60 05

26/02/2015 : Communiqué de presse - L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un rapport sur la fiction diffusée par les chaînes de télévision en Europe (2006-2013)

  • La part de la fiction dans le temps de programmation des chaînes de télévision européennes tend à se réduire.
  • La part de la fiction européenne s’est légèrement améliorée, en raison d’une progression de la diffusion de fiction nationale dans divers pays.
  • Les chaînes de télévision délocalisées diffusent un très faible pourcentage d’œuvres européennes.

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un rapport de synthèse sur la diffusion de fiction par un échantillon de chaînes de télévision en Europe entre 2006 et 2013. Par programmes de fiction, nous entendons cinq formats facilement identifiables : films produits pour la télévision (« TV films »), séries et feuilletons, animation (à l’exclusion des films d’animation de long métrage), films de cinéma de long métrage (y compris les films d’animation) et films de court métrage.

Origine de la fiction

L’analyse de l’origine des programmes de fiction montre des situations très diverses suivant le type de chaînes et le pays de réception des chaînes.

Seules deux catégories de chaînes programment dans leur ensemble plus de 50 % de fiction européenne. Les chaînes culturelles et éducatives (qui sont celles qui diffusent le moins de fiction) proposent essentiellement des œuvres européennes (78,3 % du temps de programmation en 2013, dont un peu moins d’un tiers sont nationales et les deux tiers restant sont importés ou sont des coproductions). La proportion du temps de programmation consacré à la fiction européenne diffusée par les chaînes généralistes publiques était en 2013 de 57,6 % dont une majorité d’œuvres non-nationales. 

Acheter cette publication dans notre boutique en ligne ici.

 

Empowering users: rating systems, protection tools and media literacy across Europe

Publié: 12/02/2015

(c) Benjamin Thull

As part of their long-lasting collaboration, on 15 December 2014 the European Audiovisual Observatory (OBS) and the European Platform of Regulatory Authorities (EPRA) jointly organised in Strasbourg  a workshop on “Empowering users: rating systems, protection tools and media literacy across Europe”. This workshop is the first experiment of its kind as it forged new paths of cooperation between experts, representatives of the industry and regulators, with the aim to address through a multi-stakeholders’ and cross-media approach important and societal topics, such as the empowering of users and the protection of minors in new audiovisual services. The interactive workshop was built around a four-tier structure encompassing regulatory aspects, self and co-regulatory commitments, protection tools and media literacy.

You will find here the summary of the debates held during the workshop, and the links to the presentations made by the participants here.

21/01/2015 : Communiqué de presse - L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie la 20ème édition de son Annuaire

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie la 20ème édition de son Annuaire. Télévision, cinéma, vidéo et services audiovisuels à la demande. Cette nouvelle publication révèle que :

  • En cinq ans (2009-2013), les groupes audiovisuels européens ont perdu 5,3 % de part du marché mondial.
  • Malgré l’essor des services à la demande, en 2013, le secteur audiovisuel a connu sa deuxième année de stagnation.
  • Entre 2008 et 2012, les revenus d’exploitation des filiales des groupes non-européens établies dans l’Union européenne sont passés de 48,2 à 53,1 milliards d’EUR.

Cette publication de référence contient des chiffres pan-européens (sur 40 pays) concernant les différentes branches d’activités du secteur. En se basant sur les divers indicateurs disponibles, l’Observatoire met en évidence que l’ensemble du secteur audiovisuel a connu une deuxième année de stagnation en 2013. Pour la troisième année consécutive, le marché a réalisé un chiffre d’affaires de l’ordre de 133 milliards d’EUR avec même, pour la première fois, une très légère récession de son chiffre d’affaires en 2013 (-0,1 %). Le secteur le plus affecté est celui de la vidéo physique (-11,3 %), mais 2013 a également été une année de récession pour les recettes salles (-4,3 %), les jeux vidéo (-1,8 %) et les services de radio-télévision (-0,5 %). La croissance des activités des plates-formes de télévision à péage (+2,7 %) et d’édition de services de VoD en ligne (+46,1%) n’est pas arrivée à compenser la récession des autres activités.

Cette publication de référence contient cette année, une innovation importante : l’analyse des revenus réalisés dans l’Union européenne par les filiales de groupes internationaux.

Lange A., Annuaire. Télévision, cinéma, vidéo et services audiovisuels à la demande, Observatoire européen de l'audiovisuel, Strasbourg, 2014, ISBN 978-92-871-8017-9, EUR 185,00.

Pour obtenir un exemplaire presse gratuit réservé aux journalistes, veuillez contacter :
Alison Hindhaugh, alison.hindhaugh@coe.int  - Tél. : + 33 (0)3 90 21 60 10

Acheter cette publication dans notre boutique en ligne ici.

Version PDF de ce communiqué de presse

18/12/2014 : Communiqué de presse - L’influence des nouvelles technologies sur le droit d’auteur. L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un nouveau rapport IRIS plus

La révolution numérique a profondément transformé nos moyens d’accéder aux œuvres protégées. Les services en ligne, la diffusion en flux continu, la technologie torrent et tous les autres moyens numériques offrant du contenu posent de nombreux défis pour la législation actuellement en vigueur sur le droit d’auteur. En effet, il semble que les organismes de réglementation soient toujours en train de courir derrière des derniers développements technologiques lorsqu’il s’agit de proposer une structure réglementaire appropriée. L'Observatoire européen de l'audiovisuel vient de publier un nouveau rapport IRIS plus :

L’influence des nouvelles technologies sur le droit d’auteur

La dernière refonte de la législation du droit d’auteur en vigueur remonte à 15 ans. A l’époque, la directive InfoSoc fixait les règles réglementant la communication de contenu protégé au public. Les règles relatives à la retransmission de contenu, fixées par la directive SatCab, restent applicables et sont inchangées depuis 1993. L’Observatoire se propose d’explorer la situation législative actuelle et pose la question de la nécessité d’une refonte en profondeur.

L’influence des nouvelles technologies sur le droit d’auteur – le temps d’une refonte de notre législation en Europe est-il venu ?

Cette nouvelle publication peut être achetée dans notre boutique en ligne ici.

 

09/12/2014 : Communiqué de presse - Les nouvelles formes de communications commerciales à l’heure de la convergence

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un nouveau rapport IRIS Spécial

« Amazon me connaît mieux que ma femme » s’est récemment exclamé un expert des médias européens lors d’une conférence. Et il n’est pas certain qu’il plaisantait. Le visage de la publicité a changé pour toujours. Les « communications commerciales » (ainsi que nous les nommons désormais) existent dans un univers médiatique de plus en plus convergent. Par conséquent, les lignes séparant contenu réel et publicité sont de plus en plus floues. De plus, les « big data » ou données massives qui donnent des détails précis sur nos besoins et notre comportement en tant que consommateurs sont stockées et échangées comme une monnaie afin que les annonceurs puissent nous adresser des messages ciblés avec de plus en plus de précision. L’Observatoire européen de l’audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg, vient de publier un nouveau rapport IRIS Spécial détaillé intitulé :

 

Les nouvelles formes de communications commerciales audiovisuelles à l’heure de la convergence

Cette nouvelle publication est le résultat d’un atelier organisé par l’Observatoire et ses partenaires, l’Institut du droit européen des médias (EMR) basé à Sarrebruck et l’Institut du droit de l’information d’Amsterdam (IViR). L’atelier (et donc cette publication) traitait des développements survenus dans le domaine des communications commerciales d’un point de vue réglementaire. Les participants ont également analysé les diverses directives de l’UE qui établissent les règles applicables au contenu commercial et à sa mise à disposition par l’intermédiaire de la myriade de nouveaux canaux que compte notre environnement hyperconnecté. Peter Matzneller (EMR) et Jenny Metzdorf de l’Université du Luxembourg ont rédigé le résumé d’introduction de l’atelier. Vous pouvez commander cette nouvelle publication de notre boutique en ligne ici.
 

L'industrie cinématographique en Turquie. Développements majeurs de 2004 à 2013

 

Auteur: Martin KANZLER, Observatoire européen de l’audiovisuel

Alors que le cinéma turc célèbre son 100e anniversaire, l’industrie cinématographique turque revient sur une histoire dynamique et mouvementée. Aujourd’hui, la Turquie est le deuxième marché européen du cinéma en salles du fait de sa croissance et le 7e marché cinématographique en Europe en matière de fréquentation des salles ; seuls les « 5 grands » marchés de l’UE et la Fédération de Russie la devancent.

Le rapport de l’Observatoire est probablement l’analyse de marché la plus complète sur l’industrie cinématographique turque disponible en langue anglaise. Il peut être téléchargé gratuitement ici.


Empowering users: rating systems, protection tools and media literacy across Europe

Publié: 12/02/2015

Workshop organised by the European Audiovisual Observatory and the European Platform of Regulatory Authorities European Youth Centre, Strasbourg - 15 December 2014  Plus


18/09/2014 : Communiqué de presse - Entre 2003 et 2012, à peine 16,3 % des films européens ont été réalisés par des femmes

  • Au cours de cette même période, 8,9 % des entrées enregistrées par les films européens sont à créditer aux films réalisés par une femme.
  • En moyenne, un film réalisé par un homme a enregistré un peu plus de deux fois le nombre d’entrées d’un film réalisé par une femme.

Ces chiffres sont extraits du dernier rapport de l’Observatoire européen de l’audiovisuel : Female directors in European film productions. State of play and evolution between 2003 and 2012 (Femmes réalisatrices et production de films européens. Etat des lieux et évolution entre 2003 et 2012), rédigé par Julio Talavera Milla, Analyste cinéma. Cette analyse paneuropéenne, unique en son genre, des films réalisés par des femmes (produite à l’aide de LUMIERE, la base de données de l’Observatoire sur les entrées des films distribués  en Europe) révèle qu’à peine 16,3 % des films européens produits entre 2003 et 2012 ont été réalisés par des femmes. Ce pourcentage est encore plus faible lorsqu’il s’agit des entrées, les films européens réalisés par des femmes représentant 8,9 % du total des entrées en Europe au cours de la même période.

Version PDF de ce communiqué de presse

Acheter cette publication dans notre boutique en ligne

(Plus)

04/09/2014 : Communiqué de presse - Permettre à chacun d’accéder aux médias – comment le droit européen prend-il soin des utilisateurs des médias en situation de handicap ?

Dans le monde moderne ultra-connecté des smartphones, tablettes et montres intelligentes, il est plus important que jamais de protéger les droits des membres de notre société souffrant d’un handicap d’accéder aux contenus audiovisuels. En effet, l’accès sans entrave aux contenus audiovisuels est indispensable pour notre droit fondamental à la liberté d’expression et d’information. Mais comment garantir dans la pratique une accessibilité maximale ? Quelles mesures les législateurs européens ont-ils prises, et prennent-ils, pour veiller à ce que les personnes souffrant d’un handicap, soit 15 % de notre société, puissent bénéficier d’un accès optimal non seulement à la télévision traditionnelle mais aussi à internet et au nombre croissant de services à la demande ? L’Observatoire européen de l’audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg, dresse un état des lieux de la situation juridique dans son dernier rapport IRIS plus :

Permettre à chacun d’accéder aux médias

Acheter cette nouvelle publication dans notre boutique en ligne.

(Plus)