Actualités Actualités
Retour

La fréquentation des cinémas dans l’UE diminue en 2018

Strasbourg 07/02/2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La fréquentation des cinémas dans l’UE diminue en 2018

A l’occasion du 69e Festival international du film de Berlin, l’Observatoire européen de l’audiovisuel publie ses premières estimations sur la fréquentation des cinémas européens en 2018. Après les niveaux supérieurs à la moyenne observés ces trois dernières années, l’Observatoire estime que la fréquentation totale dans l’Union européenne a diminué de 3,0 %, pour s’établir à 955 millions de billets vendus, soit 29,4 millions de moins qu’en 2017. Il s’agit de la quatrième plus mauvaise année enregistrée dans l’UE depuis 2009. En tenant compte des territoires hors UE, la fréquentation en Europe a également diminué, passant du niveau record de 1,29 milliard enregistré en 2017 à 1,25 milliard. Toutefois, il s’agit toujours du troisième niveau de fréquentation le plus élevé de la dernière décennie.

Fréquentation des salles de cinéma dans l’Union européenne 2009-2018 provisoire
En millions, estimation ; calculs réalisés sur une base proforma des 28 Etats membres de l’UE


Source : Observatoire européen de l’audiovisuel

 

Comme en 2017, la fréquentation a évolué de manière hétérogène en Europe en 2018 : elle a augmenté dans huit marchés de l’UE et diminué dans 13, tout en restant pratiquement stable dans quatre des 25 marchés de l’UE pour lesquels des données provisoires sont disponibles. Sur le plan géographique, la baisse modérée de la fréquentation des salles de cinéma dans l’UE est principalement due à la baisse importante des entrées allemandes (-16,9 millions, -13,9 %) ainsi qu’aux résultats relativement faibles par rapport à l’année précédente enregistrés en France (-8,9 millions, -4,3 %) et en Italie (-7,0 millions, -7,0 %). Parmi les cinq principaux marchés de l’UE, seul le Royaume-Uni a enregistré une hausse de la fréquentation des cinémas (+ 3,7 %) qui s’est établie à 177 millions d’entrées. Il s’agit du niveau le plus élevé au Royaume-Uni depuis 1970. Les entrées ont également atteint des niveaux record en Pologne (+3,1 millions, +5,5 %), en Roumanie (+0,6 million, +4,5 %) et en République tchèque (+1,1 million, +7,3 %).

Hors UE, le marché russe a dépassé pour la deuxième fois la barre des 200 millions d’entrées, malgré un recul de 211 millions à 200 millions. Il s’agit du deuxième niveau le plus élevé atteint dans l’histoire récente du pays. La Russie confirme ainsi être le principal marché cinématographique en Europe pour ce qui est de la fréquentation, aux côtés de la France qui n’a reconquis le trône en 2018 que par une avance très mince. De même, la fréquentation des salles de cinéma en Turquie, septième marché européen, n’a que légèrement baissé par rapport à son niveau record de 2017, passant de 71,2 millions à 70,4 millions d’entrées.

Il est trop tôt pour analyser la fréquentation dans l’UE par origine, mais les premiers chiffres disponibles semblent indiquer que le recul de la fréquentation est principalement dû à la baisse enregistrée d’une année sur l’autre par les films US. Comme en 2016 et 2017, aucun film ne sort du lot en 2018. Les films qui ont vendu le plus de billets dans l’UE incluent Avengers: Infinity War (US / GB), Incredibles 2 (US) et Bohemian Rhapsody (US / GB). Par rapport à 2017, la part de marché des films nationaux a augmenté dans 13 et diminué dans 11 des 24 marchés de l’UE pour lesquels des données 2018 sont disponibles. Au Royaume-Uni, la part de marché des productions qualifiées de britanniques (y compris les films à capitaux étrangers financés par les studios américains) a atteint 44,8 %. Il s’agit de la part de marché des films nationaux la plus élevée parmi les marchés de l’UE, bien que les productions indépendantes britanniques ne représentent que 11,7 %. La France arrive en deuxième position avec une part de marché des films nationaux de 39,3 %, devant la Pologne (33,1 %). Parmi les autres marchés de l’UE enregistrant une part de marché des films nationaux élevée figurent le Danemark (29,4 %), la Lituanie (27,5 %), la Finlande (23,6 %), l’Allemagne (23,5%) la République tchèque (23,3 %), l’Italie (23,2 %) et la Lettonie (22,1 %). En dehors de l’UE, la Turquie confirme sa position de premier pays européen en termes de part de marché des films nationaux, les films turcs représentant 62,9% des entrées en 2018.

Cinéma dans les pays européens : chiffres clés 2017 -2018 chiffres provisoires

  1.  Basée sur les entrées en salles, excepté pour GB et IE pour lesquels elle est basée sur les recettes brutes des salles. Tient compte des coproductions minoritaires, excepté pour CH, DK et ES.
  2.  Part de marché des films nationaux qualifiés de britanniques basée sur les recettes brutes des salles au Royaume-Uni et en Irlande jusqu’au 27/01/2019 inclus (y compris les coproductions minoritaires et les films soutenus par des studios américains).

Source : Observatoire européen de l’audiovisuel

Téléchargez le tableau Excel ici

Remarques :

  • Les données ont été collectées avec la collaboration de l’EFARN (réseau européen des chercheurs des agences de cinéma).
  • Tous les chiffres indiqués pour 2018 sont provisoires.

Nos prochaines données sur le cinéma seront publiées avant le Festival international du film de Cannes.

Pour figurer sur notre liste « presse », envoyez un courriel à : alison.hindhaugh@coe.int


Thème à la une Thème à la une

Le Brexit dans le contexte de l'industrie audiovisuelle et de la réglementation

Cette année (surtout), nous avons analysé la question du BREXIT et ses conséquences possibles pour les industries audiovisuelles européennes, tant d'un point de vue économique que juridique. La conférence s'est tenue à Bruxelles le 27 novembre 2018. Vous trouverez les vidéos et publications de cette conférence ici.

Publication à la une Publication à la une

Le cadre légal des coproductions internationales

Les récents chiffres analysés par l'Observatoire laissent entendre que ces films circulent bien mieux que leurs homologues exclusivement nationaux. Ils traversent en effet les frontières et atteignent ainsi un plus grand public international. S’engager dans une coproduction peut toutefois s’avérer être une entreprise risquée et, comme un mauvais mariage, se terminer par un divorce complexe et pénible ! Quelles garanties juridiques avons-nous ? Quels sont les cadres en vigueur permettant de fixer des règles fondamentales qui s’appliqueraient aux coproductions en Europe ?

Téléchargez-ici