Actualités Actualités
Retour

Un tiers de l’ensemble des services de médias audiovisuels établis dans l’UE existent sous forme de versions adaptées localement

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un nouveau rapport gratuit sur les services de médias audiovisuels en Europe, axé sur les offres localisées, ciblant des marchés étrangers et linguistiques.
Strasbourg 16/10/2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Un tiers de l’ensemble des services de médias audiovisuels établis dans l’UE existent sous forme de versions adaptées localement

Téléchargez-le ici.

Ce rapport conclut que

  • Le Royaume-Uni joue un rôle encore plus important en matière de fourniture de services adaptés localement (« localisés ») que le pourcentage britannique de l’ensemble des services audiovisuels établis dans l’UE28.
  • Plus des deux tiers des services de médias linéaires et payants à la demande établis dans l’UE, et ciblant les marchés étrangers, étaient concentrés dans trois pays (Royaume-Uni, Pays-Bas, Irlande pour les services payants à la demande ; Royaume-Uni, République tchèque, France pour les chaînes de télévision)
  • Au total, la radiodiffusion dans l’UE se fait au total dans 61 langues différentes.

L’Observatoire européen de l’audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg, vient de publier un tout nouveau rapport intitulé Audiovisual Media in Europe: Localised, targeting and language offers. S’appuyant sur les données collectées dans la base de données MAVISE de l’Observatoire, ce rapport dresse un panorama du paysage européen des médias audiovisuels, en étudiant sous trois angles complémentaires l’origine et la circulation des services audiovisuels linéaires et payants à la demande. Il s’intéresse d’abord aux services localisés, témoignant de l’existence d’un nombre croissant de services adaptés aux différents marchés nationaux, que ce soit sous la forme de chaînes de télévision dans différentes versions linguistiques, ou sous la forme de services payants à la demande dotés d’une interface utilisateur en langue locale pour accroître leur audience et leur nombre d’abonnés. La deuxième approche examine les répercussions des services ciblant spécifiquement d’autres pays sur les régimes nationaux d’attribution des licences. Le troisième angle étudié adopte le point de vue des consommateurs et s’intéresse aux différentes langues de radiodiffusion des chaînes de télévision accessibles aux téléspectateurs dans leur pays de résidence, ainsi qu’à la diversité linguistique des marchés européens.

L’importance des services de médias audiovisuels localisés établis en Europe

  • Fin 2017, un tiers des services de médias audiovisuels établis dans l’UE28 disposaient de versions localisées représentant un poids non négligeable sur le marché de l’audiovisuel. Cette proportion était légèrement plus élevée parmi les services payants à la demande (35 %) que parmi les chaînes de télévision (32 %). Plus de la moitié des services de médias localisés étaient concentrés dans trois pays : le Royaume-Uni, la République tchèque et la France rassemblaient 61 % des chaînes de télévision localisées, tandis que 53 % des services payants à la demande localisés étaient basés au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Suède.
  • Les services de médias audiovisuels localisés appartenaient plus souvent à de grands groupes de médias américains que la moyenne des services de médias établis dans l’UE28. Deux tiers des fournisseurs de services de chaînes de télévision et de services payants à la demande localisés basés dans l’UE étaient la propriété d’une maison mère américaine. En tenant compte de l’offre totale de services, la proportion était légèrement plus importante parmi les chaînes de télévision (68 %) que parmi les services payants à la demande (64 %). Le ratio s’inversait lorsque l’on considérait l’ensemble des services audiovisuels établis dans l’UE : les services détenus par des sociétés américaines en représentaient un tiers, contre deux tiers pour les filiales de groupes européens.
  • Si Amazon Prime, iTunes Store, Netflix et HBO Go ne fournissaient que 13 % des services payants à la demande établis dans l’UE28, leur part passait à 38 % des services compte étant tenu des versions localisées. De même, si les principales marques de télévision des groupes américains Discovery, Twenty-First Century Fox, Viacom et AMC Networks représentaient seulement 5 % des chaînes établies dans l’UE28, elles concentraient 15 % des services localisés.

Ventilation des services de médias audiovisuels localisés par rapport à l’ensemble des services de médias audiovisuels établis dans l’UE28 par origine de propriété (2017) – En part en %


Source : Observatoire européen de l’audiovisuel / Base de données MAVISE

Chaînes de télévision et services à la demande ciblant d’autres marchés nationaux : prédominance du Royaume-Uni

  • Si l’on considère les services de médias linéaires et payants à la demande établis dans l’UE qui ciblaient des marchés étrangers en 2017, plus des deux tiers se répartissaient sur trois pays seulement : le cumul des services payants à la demande établis au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Irlande représentait ainsi 67 % des services ciblant des marchés étrangers, tandis que les services linéaires de même type établis au Royaume-Uni, en République tchèque et en France atteignaient 69 % du total.
  • Les trois quarts des chaînes de télévision établies dans l’UE et desservant des marchés étrangers se répartissaient en 2017 entre cinq genres : films et fictions/séries télévisées (24 %), documentaires (15 %), sport (13 %), programmes pour enfants (13 %) et divertissement (13 %). Les films et les fictions/séries télévisées constituaient la catégorie prédominante parmi les services payants à la demande, puisqu’ils représentaient 86 % des services établis dans l’UE. Venaient ensuite les services généralistes, à hauteur de 8 %.
  • En 2017, 21 pays européens étaient ciblés par plus de 20 services linéaires différents (18 pays de l’UE, ainsi que la Norvège, la Turquie et la Fédération de Russie), pour la plupart établis dans l’UE28. En outre, six pays européens (cinq pays de l’UE plus la Norvège) étaient ciblés par au moins 10 services payants à la demande différents.

Pôles concentrant les services de médias audiovisuels établis dans l’UE28 ciblant principalement d’autres marchés (2017) – En nombre de services


Source : Observatoire européen de l’audiovisuel / Base de données MAVISE
© Copyright Showeet.com

Langues de radiodiffusion en Europe : la France est le marché le plus diversifié

  • Fin 2017, la radiodiffusion dans l’UE28 se faisait au total dans 61 langues différentes. Dans les 11 autres territoires couverts par l’Observatoire européen de l’audiovisuel, on comptait 45 langues de télédiffusion. Si l’on combine les deux groupes de pays, ce nombre atteignait 64 en tout.
  • La France était le marché qui présentait la plus grande diversité, avec 35 langues disponibles, parmi lesquelles l’arabe, le turc et le mandarin, mais aussi l’hébreu, le tamoul et l’ourdou. Les autres marchés de l’UE mettant à disposition une offre diversifiée de ce point de vue étaient la Suède (27 langues), l’Allemagne (26), la Pologne (24), la Slovénie (23), le Royaume-Uni (23), le Danemark (22), ainsi que l’Estonie et la Slovaquie (20 langues chacune). Parmi les autres pays étudiés par l’Observatoire européen de l’audiovisuel, la Suisse (25), la Norvège (20) et la Turquie (20) proposaient elles aussi un nombre significatif de langues de télédiffusion.
  • Plus de la moitié des chaînes télévisées islandaises diffusait en langue anglaise ; l’Islande était ainsi le pays d’Europe où cette proportion était la plus élevée, devant Malte où 47 % des services étaient en anglais. Dans six autres pays européens, un quart au moins des chaînes de télévision disponibles étaient proposées en anglais : Chypre (30 %), le Portugal (26 %), la Norvège (26 %), la Croatie (26 %), la Finlande (25 %) et la Grèce (25 %).

Audiovisual media services available by language in the EU28 (2017) – In average numbers

Source : Observatoire européen de l’audiovisuel / Base de données MAVISE

Remarque : *La langue officielle désigne la principale langue officielle d’un pays

 


Conférence à la une Conférence à la une

Le Brexit dans le contexte de l'industrie audiovisuelle et de la réglementation

Rejoignez-nous à Bruxelles pour notre conférence annuelle de l'automne ! Cette année (surtout), nous nous concentrons sur la question du BREXIT et ses conséquences possibles pour les industries audiovisuelles européennes, tant d'un point de vue économique que juridique. Notre conférence aura lieu le mardi 27 novembre de 12h00 à 15h00. Un déjeuner- buffet vous permettra d’approfondir votre ‘networking’ sur place.

Pour s'inscrire gratuitement, veuillez cliquez ici.
Publication à la une Publication à la une

Plateformes de partage de vidéos – qui établit les règles et comment s’appliquent-elles ?

Le présent IRIS Plus vise à donner un aperçu de l'état actuel de la législation en vigueur à l’échelon européen et national. Il inclut les dernières initiatives réglementaires, les plus récentes évolutions de la jurisprudence des juridictions compétentes et des autres instances, tout en présentant les initiatives d’autorégulation prises par les professionnels du secteur.

Téléchargez-ici